Maison & Objet : Le salon

2 fois par an se tient au Parc des Expositions de Villepinte l’un des plus grands salons internationaux de la décoration d’intérieur. Réservé aux professionnels, il regroupe l’intégralité des acteurs du secteur. Des grandes marques jusqu’aux créateurs les plus confidentiels, tous exposent ou se croisent dans les allées.

Visiter ce salon est avant tout pour moi l’occasion de découvrir les nouvelles collections, sentir les tendances qui influenceront le marché dans les mois à venir… bref, de prendre un grand bol d’inspiration. Maison & Objet c’est très grand ! 8 halls au total. New Balance aux pieds, doudoune roulée dans le sac à dos et c’est parti pour 6 heures de marche.

À chaque édition un thème est mis en avant par les organisateurs. Cette fois-ci, il s’agissait de « Wild » : la nature à l’état sauvage. Adepte des matériaux naturels et des formes brutes, ce thème a forcément attiré mon attention. J’ai donc commencé ma visite par l’espace d’inspiration. Articulé en 3 espaces successifs j’ai suivi le parcours partant de « la forêt », traversé « la ville revégétalisée » pour aboutir au « sanctuaire des esprits qui habitent la nature ». Bois brut, métaux corrodés, céramiques déformées, dentelle de bois et même des cheveux et dents humaines composent la série d’objets qui jalonnent ce parcours.

Bien sûr, il ne s’agit là que d’un axe de recherche pour les créateurs. Ni révolution ni innovation tant ce thème est déjà et depuis longtemps visité par les designers. Mais l’important est de sans cesse se questionner, rechercher les liens entre l’objet, la culture, les modes de vie, de production… Et la mode, pour les fringues comme pour la déco, c’est toujours un éternel recommencement… Vous trouverez ci-dessous quelques exemples qui en leur temps s’inspiraient du même thème.

J’ai ensuite parcouru les halls et vous propose un aperçu des objets et des marques qui ont retenu mon attention.

En résumé, des choses très intéressantes, d’autres moins, il est vrai que depuis que la crise est bien installée, l’ambiance est un peu morose. Et cela se ressent. Collections timides, stands sagement scénographiés… En ces temps difficiles on cherche à préserver ce qu’il nous reste d’activité et de budget. On ne prend pas de risque, on attend que les temps soient meilleurs.

Je reviens toujours un peu déçu de ce salon. Mais bizarrement, quand je fais l’inventaire des plaquettes et flyers pris sur les stands je me rends compte que, finalement, c’était pas si mal. Il y a toujours à voir, à apprendre, à découvrir. Nul doute, pour la prochaine cession de septembre, je me réinscris pour la randonnée !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s